• VESCERA PIZZERIA

     

     

     

     

     

    VESCERA PIZZERIAVESCERA PIZZERIA

    VESCERA PIZZERIAVESCERA PIZZERIAVESCERA PIZZERIA

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      VESCERA PIZZERIAVESCERA PIZZERIA  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    "" VESCERA  PIZZERIA "" est située du côté de l'ancien local de vente de limonade " HAFFA  BOUZIDI ", c'est après " L'Hôtel des Finances " en allant vers l'ancienne académie de  Biskra, en face de la maison de  Larbi et  Ali  HAMIDI, nos chers..

    Chaque fois que j'emprunte ce chemin, je me rappelle l'ancien commissariat centrale où régnait en Maître, non pas  le commissaire RINGO, cigarette au bec et béret dessus  la tête; un commissaire persévérant et tenace qui avait nettoyé le jardin public de  Biskra d'une certaine " Mauvaise  Graine" qui y poussait à l'ombre des arbres centenaires, mais le brigadier LAPORTE que nous appelions le Commissaire  LAPORTE, tellement il était important, méchant, virulent et pugnace  à l'endroit des grands et aussi des petits que nous étions en ce temps-là. 

    Le regard perçant, la voix terrible et haineuse, le coup de pied très dur et plus facile encore à percuter le derrière des petits.                                                                           Je Je me revois enfant fuir. Je revois les enfants fuir aussi. C'est la ruée, la débandade. Hamadi BIJOU qui crie « Attention,  LAPORTE arrive ! »,  SERROUTA Lamine qui court tout juste derrière lui avec  DEBABECHE Omar qui ne voit presque plus;  SOUALI Farid et ses frères qui  s'enfuient avant même de montrer le bout de leurs nez. BOUDJEMÂA, dit Hits, qui pousse Hamadi  ALIA qui se trémousse, ATHMANI  Salah  Eddine, dit BABY, dans la précipitation les suit à son tour avec son frère Ali, dit LAYU ; OMRI Dassi et son frère  Badri étaient là aussi ce jour-là. GACEM Djamel talonnait frénétiquement BEN METTA qui avait plus peur d'être vu par son père, chauffeur de taxi, tout juste à côté, que du "" commissaire  LAPORTE""  se faisait tout petit, lui qui était si grand. De nos jours, il est plus grand encore ainsi que les camarades de sa génération qui ont su eux aussi réussir et devenir des modèles. Ils constituent notre Honneur , notre Orgueil, même si nous ne les avions pas vus depuis longtemps, même s'ils ne le savent pas.                                                                                                                                   

     Enfin, ils me manquent  tous comme je sais que je leur manque aussi. J’aime tous ceux que je viens de citer ainsi que beaucoup d'autres  aussi qui sont nos camarades d’enfance et que  je citerai en l’occasion. Je ne saurais jamais  les oublier. 

                                                                                                         LE VESCERIEN